Skip to content

Étiquette : langage

Les mots de la haine

Cet article constitue une analyse publiée par le Collectif Formation Société en avril 2016. Il est disponible en format pdf ici. Il est des expériences dont on ne sort pas complètement indemne. L’expérience à laquelle je me suis livré sans vraiment m’en rendre compte, en publiant sur mon blog personnel un simple billet relatant la « dispersion » d’un rassemblement antiraciste à…

3 Comments

Dire l’horreur. De quelques ambiguïtés d’une démarche de chercheur en éducation populaire.

Cet article constitue une analyse publiée par le Collectif Formation Société en décembre 2015. Il est disponible en format pdf ici. In an act of contrition I lay down by your side It’s not your place to comment On my state of distress For this is for real I’ve tears in my eyes Am I laughing or crying? I suggest…

1 Comment

Les barbares sont en ville

Les récents « événements » français et danois ont été commentés largement tant dans la presse que sur les blogs : on ne manque pas « d’analyses » qui interrogent les causes des drames, qui appellent à des mesures – qu’elles visent à renforcer les politiques sociales ou à renforcer le contrôle. « Contribuer au débat » (en supposant qu’un débat existe par la juxtaposition des positions,…

Leave a Comment

De l’idéologue à l’idéolâtre

J’ai déjà décrit sur ce blog les mécanismes de diffusion de l’idéologie néolibérale au sein des institutions d’enseignement supérieur comme une forme spécifique de « production/circulation » d’un « discours d’importance », suivant un schéma théorisé par Bourdieu. Reprenons-le rapidement1 : l’idée centrale en est que le discours idéologique se « transfère » de champs en champs (par exemple, de l’entreprise à l’université, de l’université à l’entreprise,…

Leave a Comment

Langue nationale et noblesse d’état (2)

Dans la première partie de cet article, nous avons vu quel était le sens de l’établissement d’une Académie chargée de définir la langue d’État en France, sens qu’il faut trouver dans deux missions « orthopédiques » : le « dressage » du langage pour susciter une unité nationale et le contrôle de la création littéraire pour éviter la contestation. Nous avons évoqué cette fameuse…

Leave a Comment

Ce qui se conçoit bien… (2)

Dans la première partie, nous avons évoqué les mécanismes de diffusion (et d’institution) du discours d’expert au travers des effets d’homologie, qui nécessite ce que j’appelle des « zones d’adhérence », c’est-à-dire la possibilité de recycler d’anciens mythes au travers d’un discours prétendument novateur.

Par exemple, le discours clair de la nouvelle gestion publique opère donc parce qu’il cause des ralliements conscients et inconscients, causés par son adéquation fondamentale avec la structure des rapports de domination qui lui préexiste. Mais s’il s’impose de la sorte, c’est qu’il est également paré d’une apparence de rationalité.

Leave a Comment

Ce qui se conçoit bien… (1)

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » – cette formule de Boileau, tirée de l’Art poétique (1674), est des plus populaires : résumant au travers d’une phrase décontextualisée l’injonction à la clarté, elle possède ce double avantage de légitimer le discours dominant et les mécanismes de domination dont il est vecteur. Pourquoi, en effet, une réalité complexe devrait-elle se décrire clairement ? Comment l’analyse d’un fait social pourrait-elle se résumer en mots « simples » sans tomber dans une caricature qui ampute les possibilités de compréhension voire dénature profondément le fait social qu’il s’agit d’analyser ?

Cette injonction à la clarté a comme corollaire celle de l’immédiateté, de la fulgurance dans la réplique : lors d’un débat, celui qui s’exprimera le plus vite et par quelques simplismes remportera la victoire. La rhétorique de la clarté ouvre la voie de toutes les simplifications abusives, de tous les raccourcis triviaux. Le rythme effréné des médias a formaté les discours politiques et ce faisant, poussé les « experts » à développer le même type de communication1. Et comme les experts sont ceux des scientifiques qui « montent », les effets de mode ayant été largement renforcés par les techniques d’évaluation – et donc de promotion – qui valorisent la quantité de textes produits, les chercheurs eux-mêmes en viennent à intégrer ces codes.

  1. Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Liber-Raisons d’agir, 1996.
1 Comment


Konami Easter Egg by Adrian3.com